La déficience auditive (DA) ou surdité, est une élévation du seuil de l’audition communément caractérisée et mesurée par la perte auditive, qui correspond à l’atténuation des sons ressentie par le malentendant.

La mesure de la perte auditive et le diagnostic de surdité sont faits par le médecin spécialiste ORL selon diverses techniques. L’examen audiométrique de base est simple, rapide, et indolore ; les résultats figurent sur un audiogramme qui indique les valeurs de la perte auditive aux diverses fréquences. Les tests d’intelligibilité indiquent l’aptitude d’un patient à comprendre la parole. D’autres tests, tout aussi anodins mais plus complexes, sont appliqués aux bébés et aux enfants, permettant le diagnostic précoce.

Les surdités sont classées selon différents critères dont les plus utilisés sont l’importance de la perte auditive et la localisation de l’altération auditive.

En considérant la perte auditive on distingue :


les DA légères lorsque la perte est de 20 à 40 dB, les sons faibles ne sont plus entendus, le handicap est minime ; le port d’une aide auditive peut améliorer le confort d’écoute

les DA moyennes correspondant à une perte comprise entre 40 et 70 dB ; à ce stade de nombreux sons de l’environnement sont difficilement perçus. La compréhension de la parole est souvent difficile surtout en milieu bruyant ; le handicap est incontestable.

les DA sévères où la perte auditive est comprise entre 70 et 90 dB ; le handicap est important, le port d’une aide auditive est obligatoire pour améliorer la communication

les DA profondes pour une perte supérieure à 90 dB. Le handicap est très important ; la parole est souvent remplacée par le langage gestuel ; les aides auditives peuvent avoir une certaine efficacité mais sont parfois remplacés par un autre dispositif de réhabilitation, l’implant cochléaire. Chez l’enfant l’absence d’éducation orthophonique entraîne la mutité.


La localisation de l’altération permet de distinguer :

les DA de transmission
lorsque les oreilles externes ou moyennes sont atteintes ; il en résulte une mauvaise transmission des sons à l'oreille interne. Ces surdités de transmission correspondent toujours à des pertes auditives légères ou moyennes. L’audition peut être retrouvée après une intervention chirurgicale consistant à rétablir des fonctions de l’oreille externe ou moyenne ; à défaut la perte auditive est facilement compensée par le port d’aides auditives.

les DA de perception lorsque l’oreille interne est altérée. Ces surdités ne sont pas opérables, elles ne peuvent être qu’appareillées. La surdité de perception est caractérisée par une perte auditive mais aussi par d’autres altérations de l’audition. Ce type de surdité compromet gravement la compréhension de la parole dans le bruit et suscite souvent une hypersensibilité aux sons forts. Les surdités de perception ont pour cause une altération des cellules sensorielles par des agents nocifs tels que le bruit, certains médicaments, certaines pathologies. Le vieillissement altère aussi ces cellules, provoquant une surdité due à l’âge, la presbyacousie, qui se manifeste de façon progressive vers la cinquantaine. La presbyacousie est d’autant plus précoce que l’oreille a déjà été altérée par des agents nocifs

les DA mixtes
sont une combinaison des deux cas précédents.


Les causes et les modes d’apparition d’une surdité sont nombreux ; la surdité peut exister à la naissance, ou s'installer brusquement, ou encore apparaître insidieusement de façon progressive. On estime à environ 5 millions le nombre de personnes qui, en France, ont des difficultés d’audition