On n'a pas réellement conscience de l'importance de l'audition, et la surdité apparaît à beaucoup comme un handicap mineur, qui, de plus, est facilement compensable. En réalité, cette privation sensorielle est très pénalisante, le handicap s’accroît au fur et à mesure que la surdité progresse, et la compensation est toujours partielle. D’abord et c’est le plus apparent, le malentendant ne communique que difficilement avec ses semblables ; il est également privé d’une écoute directe mais aussi de la diffusion de la parole par divers procédés : téléphone, radio, annonces sonores ..... Ce handicap est en partie compensable par divers systèmes : aide auditive, sous-titrage de films, ....

D’autre part, n’ayant qu’une écoute fragmentaire de son environnement, le sourd perd la fonction d’alerte. Il a des difficultés à adapter son comportement à la situation présente et à anticiper le proche avenir, ce qui lui donne une attitude maladroite propice au rejet. On pense que ce handicap est compensé par l’aide auditive, mais la compensation est partielle car l’audition prothétique n’a pas les qualités de discrimination, et de localisation de l’audition naturelle.