LES AIDES AUDITIVES

74. Quels types d'appareils auditifs trouvent-on aujourd'hui ? Sont-ils tous
performants ?
Les appareils les plus courants sont les contours d'oreille et les intra auriculaires. Les contours sont portés derrière le pavillon et
reliés au conduit auditif par un tube et un embout. Ils peuvent être inclus dans une branche de lunette. Récemment sont apparus des appareils à écouteur déporté dont le port est plus confortable. Les intra auriculaires sont entièrement logés dans le conduit auditif. Pour diverses raisons, étroitesse du conduit, sécrétion excessive de cérumen..., ces appareils ne peuvent convenir à tous.

75. Quelle différence y a-t-il entre les aides auditives analogiques et numériques ?
Les deux types d’appareils agissent par amplification du son. La différence fondamentale réside dans les circuits électroniques et dans la manière de traiter le son. Les prothèses analogiques ont quasiment disparu du marché, car le traitement numérique du son permet d’avoir des appareils plus confortables, automatisés, plus aptes que les prothèses analogiques à restituer l’ambiance sonore et à faciliter la compréhension de la parole. Cependant, les personnes malentendantes équipées depuis longtemps d’aides analogiques, ressentent souvent des difficultés à s’adapter au numérique.

76. Les aides auditives utilisent-elles des piles et si oui, combien durent elles en moyenne ?
Les aides auditives utilisent des piles ou plus rarement des accumulateurs rechargeables. Les piles actuelles sont de type « bouton » Zinc-Air, donc sans plomb. Elles commencent à se décharger dès qu’on a enlevé l’opercule qui les recouvre. Plusieurs tailles existent : 13, 10, 5, 312, 675. Chaque aide auditive est alimentée par une pile spécifique. Leur durée de vie varie de quelques jours à deux semaines ; elle est nettement raccourcie par l’usage de certaines aides complémentaire, en particulier de type Blue Tooth. Il existe un forfait annuel de la Sécurité sociale qui en permet un remboursement partiel.

77. En fonction de quels critères doit-on choisir ses aides auditives ?
Lors d’un premier appareillage, il est difficile à la personne malentendante de choisir ses aides auditives. Elle ne peut que faire confiance à l’audioprothésiste. Un essai de durée suffisante peut faciliter le choix de l’appareillage. Les appareils de type intra auriculaires sont plus discrets, mais ils ne conviennent pas aux surdités les plus sévères. Ils sont souvent plus fragiles, risquant de tomber et d’être perdus du fait de leur petite taille. Ils sont plus difficiles à manipuler. Les piles sont plus petites, durent moins longtemps et de ce fait plus onéreuses, et leur changement est plus difficile.

78. Les aides auditives numériques sont-elles plus performantes que les modèles analogiques ?
La technique numérique permet d’avoir des appareils plus confortables, automatisés et plus aptes que les anciennes prothèses analogiques à restituer l’ambiance sonore et à faciliter la compréhension de la parole.

79. Certains appareils sont très miniaturisés, permettent-ils d'entendre encore mieux ?
Non, la miniaturisation des appareils n'améliore pas leur performance auditive, ce serait plutôt l'inverse, mais elle offre une discrétion optimale.

80. Si je porte une seule aide auditive, comment entendrai-je avecl'oreille non appareillée ?
Il est conseillé d’appareiller les deux oreilles par une aide binaurale, dite stéréophonique, sauf dans des situations bien précises ; par exemple quand une seule oreille est déficiente, ou encore quand l’oreille controlatérale est complètement sourde.

81. Les aides auditives restituent-elles les bruits ambiants en même temps que la voix de mon interlocuteur ?
L'audition au moyen d'une aide auditive n'a pas les qualités et les performances de l'audition naturelle. L'aide auditive est conçue avant tout pour rendre la parole intelligible, tout en permettant d'entendre les sons utiles de l'environnement sonore. Malheureusement, et malgré les progrès faits sur ce point, en particulier par les aides numériques, les sons indésirables sont également transmis et diminuent l’efficacité de la prothèse en milieu bruyant.

82. Est-ce l'ORL qui prescrit l'appareil ? Si oui, indique-t-il sur une ordonnance des valeurs de correction de l'audition comme on le fait pour la vue ?
Un audioprothésiste n’est habilité à appareiller une personne que si un médecin a préalablement prescrit une aide auditive. Il ne s’agit pas seulement du droit au remboursement par la Sécurité sociale, la mutuelle complémentaire de santé ou les autres organismes, mais de la compétence reconnue à chaque profession. Cependant, contrairement à la prescription des verres correcteurs, le médecin n'indique ni le type d'appareil, ni le choix monaural ou stéréophonique, ni les réglages de l'appareil. Le choix et l'adaptation de l'appareil sont de la compétence de l'audioprothésiste.

83. Faut-il régler l'appareil soi-même ou se règle-t-il automatiquement ?
C'est l'audioprothésiste qui procède au réglage initial de l’appareil. Ensuite, pour les aides numériques, le microprocesseur contenu dans l’appareil ajuste automatiquement la correction auditive à l’ambiance sonore.

84. Faut-il du temps pour s'habituer à une aide auditive et combien dure la période d'adaptation ?
Cela dépend essentiellement de la persévérance et du désir d'entendre de la personne malentendante, mais aussi de la qualité de
l'adaptation réalisée par l'audioprothésiste. La décision de porter une aide auditive est un acte personnel qui exige une ferme résolution et qui ne doit être dicté ni par l’entourage, ni par la promesse d’un essai gratuit ou de facilités d’achat, ni par la
publicité. L’appareillage permet de sortir de son isolement, mais l’audition prothétique n’est pas l’audition naturelle, les appareils n’ont pas partout la même efficacité, et l’adaptation à cette écoute peut être rapide mais peut aussi durer plusieurs semaines. La personne appareillée doit être préparée à ces difficultés, et faire preuve de persévérance et de ténacité pour que la prothèse cesse d’être une contrainte pour devenir un précieux et indispensable moyen de communication. Il est toujours possible, sans frais supplémentaires, de se rendre aussi souvent que souhaité chez l'audioprothésiste qui a réalisé l'appareillage, pour parfaire les réglages ou pour avoir une information.

85. Les appareils sont-ils silencieux ? Entend-on du souffle ou des bruits parasites lorsqu'on les porte ?
Ces inconvénients appelés « Effet Larsen » sont essentiellement perçus par l’entourage. En particulier quand il s’agit de sifflements, mais les aides auditives numériques les ont atténués ou supprimés.

86. Doit-on retourner régulièrement chez l'audioprothésiste pour faire contrôler son appareil ?
Lorsque votre audioprothésiste aura procédé aux premiers réglages, il vous proposera des visites de contrôle régulières qui sont
gratuites. Ces visites sont importantes, et permettent de procéder à des ajustements de l’appareillage.

87. Une fois appareillé(e), entendrai-je aussi bien qu'avant ?
Il est évident qu’une personne malentendante, une fois appareillée, doit mieux entendre. Pour autant, d’une part, l’écoute prothétique n’a pas les mêmes qualités que l’audition naturelle et d’autre part, les aides auditives n’agissent pas sur le système auditif. Elles amplifient le son.

88. Les aides auditives peuvent-elles provoquer des allergies ou irriter les oreilles ?
Les embouts des aides auditives « contour », la coque des aides « intra » peuvent être mal supportés. Dans ce cas, il faut rapidement en informer le médecin qui a prescrit l’appareil.

89. Comment entretenir mon appareil auditif et quelles précautions prendre ?
• Respectez les visites de contrôle régulières chez votre audioprothésiste. D'elles dépend en partie le bon fonctionnement de vos aides auditives.
• Évitez-leur les chocs, préservez-les de l'eau, de la poussière et de l'humidité. L'humidité provoque l'oxydation de certains de leurs éléments.
• Pour les nettoyer, n'utilisez jamais de détergents, utilisez uniquement la gamme de produits d'hygiène qui vous a été recommandée par l'audioprothésiste.
• Essuyez votre appareil lorsque vous le quittez ou l'installez.

90. La transpiration peut-elle être source du dysfonctionnement de l'aide auditive ?
L'humidité provoquée par la transpiration peut être responsable de la corrosion de certaines parties de votre appareil, en particulier les appareils « intra ». C'est pourquoi il est important de bien l'essuyer, ainsi que la pile, quand vous l'enlevez ou l'installez.

91. Existe-t-il une période d'essai quand on achète des aides auditives ?
Certains audioprothésistes le proposent, mais elle n’est pas obligatoire.

92. Quelle est la durée de vie d'un appareil auditif ?
De 4 ans à 7 ans en moyenne, mais cela dépend du soin et de l'entretien apportés aux aides auditives.

Lire la brochure Questions-Reponses sur l'audition